Qu’est ce que le dessin ?

Dessin, art ou technique qui consiste à produire des images sur une surface, habituellement du papier, au moyen de marques, habituellement de l’encre, du graphite, de la craie, du fusain ou du crayon.

Le dessin en tant que création artistique formelle peut être défini comme la représentation essentiellement linéaire d’objets dans le monde visible, ainsi que de concepts, de pensées, d’attitudes, d’émotions et de fantasmes qui prennent une forme visuelle, de symboles et même de formes abstraites. Cette définition s’applique cependant à tous les arts et techniques graphiques qui se caractérisent par l’accent mis sur la forme ou la forme plutôt que sur la masse et la couleur, comme en peinture. Le dessin en tant que tel diffère des procédés d’impression graphique en ce qu’il existe une relation directe entre la production et le résultat. Le dessin, en somme, est le produit final d’un effort successif appliqué directement sur le support. Si un dessin peut servir de base à la reproduction ou à la copie, il n’en est pas moins unique par sa nature même.

Bien que toutes les œuvres d’art n’aient pas été précédées d’un dessin sous forme d’esquisse préliminaire, le dessin est en fait la base de tous les arts visuels. Souvent, le dessin est absorbé par l’œuvre achevée ou détruit en cours de réalisation. Ainsi, l’utilité d’un plan d’implantation d’un bâtiment qui doit être érigé diminue au fur et à mesure que le bâtiment s’élève. De même, les points et les lignes marqués sur un bloc de pierre brute représentent des dessins auxiliaires pour la sculpture qui sera taillée dans le matériau. Essentiellement, chaque peinture est constituée de lignes et pré-esquissée dans ses contours principaux ; ce n’est qu’au fur et à mesure que l’œuvre avance qu’elle se consolide en surfaces colorées. Comme en témoigne le nombre croissant de découvertes et de recherches, les dessins constituent la base matérielle des peintures murales, des panneaux et des livres.

Étudier la sculpture en apprenant à la dessiner

Le Siècle des Lumières, une grande exposition internationale qui a fait revivre l’œuvre de l’un des sculpteurs les plus accomplis de la France du XVIIIe siècle. Outre son activité de sculpteur, Bouchardon est aussi un dessinateur incroyablement prolifique dont l’acte créatif commence souvent sur le papier, élaborant des idées par des dessins méticuleux, le plus souvent exécutés à la craie rouge. Comme beaucoup d’artistes de son temps, Bouchardon s’est rendu en Italie et a passé du temps à Rome pour apprendre et étudier l’art du passé ; il y a dessiné d’après les sculptures anciennes et modernes qui abondaient partout dans la ville.

A Rome, à la Renaissance, d’importantes statues de l’Antiquité ont été redécouvertes – littéralement déterrées dans le sol de la ville après avoir été enterrées dans la terre et l’oubli pendant des siècles. Bientôt ils sont devenus parmi les exemples les plus célèbres de la sculpture classique depuis lors. Leur redécouverte fut si sensationnelle que les artistes affluèrent à Rome pour les voir. Parallèlement à ces redécouvertes, des textes anciens d’auteurs classiques tels que Cicéron, Pline et Vitruve ont profondément influencé les artistes de la Renaissance. Grâce à eux, les artistes ont appris que la sculpture classique était basée sur des proportions harmoniques qui étaient la conséquence d’une relation mathématique précise entre la tête, les membres et le corps. Cette relation harmonieuse a été considérée comme parallèle à l’harmonie sur laquelle l’univers a été établi.